Biolissime innove dans ses stratégies : le challenge beauté en signe les prémices

Pour se différencier de la concurrence, Biolissime a trouvé la parade : organiser un challenge beauté durant lequel des candidats ont testé ses produits. Un projet qui a été couronné d’un immense succès et que la marque compte réitérer.   

Contextualisation

Le marché de la cosmétique multiethnique commence progressivement à s’ouvrir en Europe. Ce phénomène a entraîné l’apparition de nombreuses marques se spécialisant sur cette niche. Une concurrence de plus en plus rude émerge notamment dans le domaine de la cosmétique pour peau black ou métissée. Quand on sait que les femmes noires dépensent jusqu’à 980 euros par an en produits cosmétiques contre 250 euros à peine chez les femmes caucasiennes, on comprend mieux pourquoi les fabricants se livrent une compétition féroce. L’une des tâches les plus difficiles pour eux est de trouver des distributeurs acceptant de commercialiser leurs produits. En général, ces derniers sont réticents tant qu’ils ne connaissent pas la réelle efficacité des produits.

Biolissime a trouvé la solution à cette problématique en lançant son challenge beauté. Bintou Camara- Sissokho, fondatrice de la marque déclare : « ce projet a d’abord été lancé dans l’optique de mettre au défi nos produits, d’en prouver la réelle efficacité ».

Une belle initiative même s’il ne s’agit pas vraiment d’une première puisqu’avec la collaboration de la blogueuse Shuppa Beauty, Biolissime a déjà organisé un challenge similaire au cours duquel la testeuse Laëticia a essayé les produits pendant quatre mois.

Pourquoi un tel challenge ?

Le succès du premier challenge a été tel que l’équipe a décidé de remettre ça avec l’aide du distributeur Provi’al Cosmetics. La directrice du concept store Cécilia d’Almeida s’est occupée de la sélection et du suivi des quatre candidats qui ont testé la gamme de soins.

Bintou raconte les détails de ce projet : « le distributeur Provi’al Cosmetics possède une grande variété de produits avec plusieurs gammes différentes de cosmétique ethnique. Je me suis alors posée la question : comment on va faire pour se différencier de toute cette concurrence mais aussi pour convaincre nos distributeurs ? Cécilia d’Almeida est une personne qui aime conseiller les clients. Elle a beaucoup d’expériences en la matière. Je lui ai proposé de chercher les candidats avec des problèmes variés comme les boutons, l’hydroquinone, les soucis capillaires… Biolissime s’est chargé de fournir les produits. »

Objectif atteint ?

Apparemment oui. La créatrice de la marque s’exalte: « on est particulièrement content des résultats, surtout Cécilia. Elle a été le premier témoin des résultats avant/après durant ces trois mois».

Il faut dire qu’avec ce projet, Biolissime innove carrément dans ses stratégies. L’entrepreneuse continue d’ailleurs sur sa lancée en disant : « avec ce challenge, mon objectif était vraiment de faire parler les candidats pour que le distributeur soit persuadé de vendre le meilleur produit. Le distributeur est encore plus convaincu quand ce sont les clients qui disent que « oui, ce produit est le meilleur » parce qu’eux-mêmes suivent les processus et voient l’évolution. »

Un challenge beauté qui finit donc sur de belles notes et qui va certainement être réitéré cette fois-ci avec d’autres distributeurs.

Laisser un commentaire